Paris, le 11 juillet 2008

Vif et toujours stimulant, Jean Pisani-Ferry livre désormais régulièrement sa "carte blanche" dans le quotidien "Le Monde". Il s'agit d'une chronique sur l'économie européenne ou mondiale, toujours bien informée et intéressante. Dans l'édition du mercredi 9 juillet 2008, il revient justement sur le risque d'inflation et le manque de croissance redoutés à l'échelle mondiale. Il note les intérêts divergents dans cette phase délicate entre pays développés et pays émergents, et l'importance qu'il y aurait en conséquence à mieux associer ces derniers aux grandes affaires du monde.

L'argumentation de Jean Pisani-Ferry est parfaitement cohérente, et nous approuvons sa démonstration. En revanche, sa dernière proposition pour mieux associer les pays émergents nous semble, elle, discutable. S'il convient en effet de mieux associer et partant, de responsabiliser, les pays émergents aux grands équilibres économiques mondiaux dans lesquels ils interviennent de plus en plus, le cadre du G8 n'est pas - nous semble-t-il - le cadre approprié pour le faire.

Cela renvoie aux intentions discutables de mise en place, puis de pérennisation, de ce directoire. Pour notre part, nous considérons que les affaires du monde doivent être traitée dans les instances et organisations créées à cet effet par la communauté internationale dans son ensemble. C'est le sens de notre revendication pour une démocratisation et un renforcement des attributions de l'Organisation des Nations Unies. L'échec de la réforme des Nations Unies, en particulier la faiblesse de sa participation effective à la gouvernance économique et financière mondiale, et l'incapacité d'augmenter le nombre des Etats membres permanents du Conseil de sécurité pour accueillir les principaux pays émergents sont des questions cruciales dont nous devons contraindre nos responsables à se saisir.
La difficulté incontestable de réaliser cette réforme espérée ne justifie pas la pérennisation d'un directoire auto-proclamé de dirigeants politiques nationaux qui prétendent, dans une relative opacité, régler les grandes affaires du monde.

Le G8, élargi ou non aux pays émergents, n'est pas et ne peut prétendre devenir le cadre légitime de règlement de la politique économique et financière mondiale !

Action fédéraliste "Socialisme & Liberté" (AFSL)
20, rue des Tournelles
75004 Paris (France)
Tel : +33 1 42 72 71 24
actionfed@yahoo.fr
www.afsl.eu

Technorati Profile